À propos

Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ?

Après avoir entendu cette question de (trop) nombreuses fois, je crois que je suis enfin capable d’y répondre. Même si je pense sincèrement qu’une vie ne se résume pas à un métier que l’on exerce et que celui-ci n’est pas unique.

Mon parcours

J’ai fait des études supérieures parce que c’est la route balisée qu’il faut emprunter. Je contextualise un peu : je finis le lycée, j’ai des résultats plus que corrects, je fais des études supérieures, cela va de soi. Certes, je ne sais pas quel métier je veux exercer, mais ce n’est pas trop grave. À cet âge, on se cherche encore. Comme il n’y a que l’incertitude qui gouverne ma vie à ce moment-là, je suis un peu la tendance. *Je vais commencer par des études de droit tiens*. Il y a un petit côté prestigieux, mes parents seront fiers et qui sait ? Je vais peut-être m’y épanouir après tout ? Le droit se compose de plein de branches différentes ! 👩‍🎓

➡ J’ai nagé à contre-courant durant toutes ces années, clairement. Ce n’était pas fait pour moi, mais je m’accrochais. Qu’est-ce que j’aurais fait sinon ? J’avais toujours l’espoir d’avoir un déclic à un moment ou un autre. Le fait est que j’étais surtout en train de me mentir. Je me contentais de cette situation parce que c’était encore plus inconfortable de m’imaginer dans le flou, à me retrouver sans rien faire.

La période de transition

J’ai tenu jusqu’au master. Que faire à présent ? J’avais des diplômes, mais qui ne me servaient pas à grand chose. Entamer à nouveau des études ? J’avais perdu assez de temps selon moi et je n’en avais plus la force. J’ai erré pendant plus d’un an, me traînant comme un boulet. *Mais qu’est-ce que je vais faire de moi ?!* En attendant, je m’évadais sur Internet, ce monde virtuel incroyable. J’y apprenais beaucoup de choses, je découvrais des personnes au parcours inspirant. Je me surprenais à les envier même, elles avaient l’air tellement animées par ce qu’elles faisaient !

Puis, un jour, la révélation. Je découvre par hasard, en parcourant un énième blog, le métier de rédacteur web. *Késaco ?* Je me renseigne par curiosité. En quelques minutes, je me rends compte à quel point ce métier à l’air génial, taillé sur-mesure pour moi. Il faut être curieux, savoir synthétiser des idées, savoir où chercher les bonnes infos, aimer écrire, être capable de travailler en indépendant (même si on peut très bien travailler pour une agence), aimer Internet et ses codes.


Moi quand je découvre concrètement tout ce qu’on peut faire sur Internet

 

S’en suivent alors de nombreuses journées où je me renseigne dessus, je lis plein d’articles divers et variés. Ça y est, j’ai enfin trouvé un cap vers lequel me diriger je crois. Je m’exerce pendant un temps sur des plateformes de rédaction pour tâter le terrain. C’est pas mal, mais je n’ai qu’un petit aperçu de ce qu’est réellement le métier de réacteur web SEO. Afin de passer à l’étape supérieure et de me donner toutes mes chances, je décide de suivre une formation en e-learning, créée par la web-entrepreneure Lucie Rondelet. Cette femme est incroyable, bienveillante, énergique et transmet tout son savoir avec passion. L’apprentissage est intense, mais tellement plaisant. Ces mois de formation passent vite, bientôt, je serais capable d’analyser un site, de repérer ses points forts et ses points faibles, de comprendre les intentions d’un client et de le soutenir dans son projet en lui créant un contenu rédactionnel sur-mesure.

Et maintenant ?

Aujourd’hui, c’est le pied ! Je suis officiellement rédactrice web SEO freelance depuis début 2020. J’apprends tous les jours de nouvelles choses et je ne dois rendre de compte à personne (sauf aux clients, mais c’est pour la bonne cause). Bien évidemment, l’entrepreneuriat est loin d’être de tout repos. C’est pour ainsi dire, tous les jours les montagnes russes 🎢 au niveau émotionnel, mais ça me plaît !

Le rédacteur web peut être amené à rédiger sur tous les sujets possibles et imaginables, c’est ce qui fait principalement la richesse de ce métier. Il y a des freelances qui se spécialisent et d’autres qui restent généralistes. J’ai choisi dès le début de privilégier les thématiques qui m’inspirent le plus. En réalité, je souhaite plus que tout aider les personnes qui se démènent au quotidien pour concrétiser leur projet et qui veulent faire bouger les choses. J’estime qu’il est plus qu’urgent de remettre en cause le mode de société dans lequel on vit. À ma petite échelle, je veux mettre en lumière des entrepreneur(e)s qui œuvrent pour revenir à une consommation raisonnée, plus juste, qui respecte les êtres humains et la planète et qui souhaitent pouvoir décemment vivre de leur passion. L’humain avant tout ! ✨